15[THE BLADE - TSUI HARK - 1995]

Bonjour à tous et à toutes.

Certains d'entre vous me connaissent sans doute déjà : je suis ZE RING, et j'ai tenu pendant plusieurs années un blog nommé ZE LORD OF THE RING, sur lequel j'ai chroniqué bon nombre de films d'origines et d'époques diverses. Récemment, néanmoins, c'est le cinéma hong-kongais qui s'est emparé de la place d'honneur sur ce dernier, succédant ainsi au cinéma d'exploitation italien, au western, au cinéma japonais des années 80-90, et au nouveau cinéma américain des années 60-70. Pour ceux qui ne me connaissent pas, vous l'aurez compris : mes gouts sont variés, et je suis quelqu'un de très spontané, et mes orientations cinématographiques, en matière de genre, de provenance... changent fréquemment et inévitablement.
Mais s'il y a bien un cinéma particulier auquel je suis depuis toujours particulièrement attaché, c'est le cinéma hong-kongais. Pour poser les choses clairement, ma passion pour le cinéma n'est égalée que par ma passion pour le cinéma hong-kongais. Alors que mon blog devenait littéralement possédé par ce dernier, et par mon envie de le diffuser et de le faire mieux connaître, il devenait inévitable qu'un jour j'en vienne à créer un blog uniquement consacré au cinéma hong-kongais... HONG KONG MADNESS, en somme, c'est ça. Il n'y a pas de meilleur moyen de le résumer. Je suis un critique amateur qui cherche simplement à extérioriser sa passion, et si, en faisant cela, je peux inciter quelques personnes à s'intéresser à des oeuvres hong-kongaises méconnues mais de grande qualité, alors mes objectifs auront largement été atteints.
Bien sur, l'objectif de ce blog n'est pas limité à cela, et il a autant pour but de vous faire découvrir des films méconnus de l'ancienne colonie britannique que d'en faire découvrir au(x) rédacteur(s) de ce blog. C'est l'échange qui est recherché avant tout ici. Des discussions, des débâts seront attendus et, en ce qui me concerne, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour les engendrer. Je ne suis pas un expert sur le cinéma hong-kongais, et je suis encore loin de pouvoir me vanter d'en être un, et en ce sens, beaucoup d'entre vous en savent sans doute autant que moi sur celui-ci. Pour autant, ce qui m'intéresse avec ce blog, c'est aussi de pouvoir exposer de véritables faits d'histoire de l'industrie cinématographique hong-kongaise, d'en étudier les enjeux, les tenants et les aboutissants, de voir comment elle se compare et reflète la réalité sociale d'Hong Kong et de la Chine... Bref, de l'étudier en profondeur pour pouvoir mieux la comprendre, et si je peux le faire avec vous, chers lecteurs, alors tant mieux.
Ainsi, vous trouverez sur ce blog de nombreuses critiques de films hong-kongais (ou d'autres films asiatiques, par moments), ainsi que des galeries d'images pour la plupart de ceux-ci, mais aussi des informations intéréssantes sur les personnes qui ont fait la gloire de ce cinéma magnifique, sur la façon dont leurs films étaient et sont produits, et bien d'autres choses encore... Pour autant, le but n'est pas de faire étalage d'une culture cinématographique différente, de s'imposer en expert ou en marginal, mais bien d'échanger, et par conséquent, vous trouverez ici autant d'oeuvres hong-kongaises connues mondialement, comme THE KILLER de John Woo, que d'oeuvres complètement inconnues et oubliées, le plus souvent de manière injuste, d'ailleurs. Vous ne trouverez ici que peu de critiques négatives, car mon but n'est pas de déconseiller, mais de conseiller, d'amener vers des découvertes constructives et des coups de coeur potentiels.

14[LE BRAS ARMÉ DE LA LOI - JOHNNY MAK - 1984]

Tout cela n'explique cependant pas la raison pour laquelle j'ai créé ce nouveau blog dans l'unique but de traiter du cinéma hong-kongais en détail. J'aurais en effet très bien pu le faire sur mon ancien blog. La raison est simple : si le cinéma hong-kongais est en partie connu et renommé mondialement, grâce à de grands artistes comme Tsui Hark, John Woo ou Jackie Chan, d'autres sont injustement oubliés voire ignorés, et ne disposent parfois même pas d'éditions DVD en Occident. Si le cinéma hong-kongais à ses fans, il reste considéré la plupart du temps comme du sous-cinéma, ce qui est faux en plus d'être réducteur. Il y a selon moi un vrai oubli collectif vis-à-vis du cinéma hong-kongais, qui m'exaspère d'autant plus que celui-ci correspond exactement à ma sensibilité, et est selon moi ce qui s'est fait de mieux d'un point de vue cinématographique. Rien ne le surpasse à mon sens, et par conséquent, le mélanger à des oeuvres d'exploitation italiennes, japonaises, à des films mondialement connus comme CASINO, ne semblait pas correspondre à ma démarche. Mon but est bel et bien de mettre en avant au maximum cette forme de cinéma, et pour cela, créer HONG KONG MADNESS m'apparaissait comme complètement nécessaire. S'il doit y avoir sur Canalblog un site spécialisé en matière de cinéma hong-kongais, je veux que ce blog le devienne et le reste.
Au-delà de ça, mon premier contact avec le cinéma hong-kongais date de mon enfance, et celui-ci s'étant ces dernières années quelque peu essoufflé, il me parait judicieux de lui rendre un hommage... Non pas pour finir de l'enterrer, car le cinéma hong-kongais à encore bien des années de gloire à venir, mais plutôt pour l'aider à retrouver sa gloire d'antan. Je ne m'attends pas à faire des miracles, bien entendu, mais cela vaut mieux que de ne rien faire.
Pour ceux que ça intéresse, mes premières découvertes en matière de cinéma hong-kongais furent les films de l'inévitable Jackie Chan quand j'étais tout petit : LE MARIN DES MERS DE CHINE & DRUNKEN MASTER II ont été deux de mes grandes baffes d'enfant, mais la vraie baffe, le vrai choc, est arrivé plusieurs années après, quand j'avais 9 ans, avec A TOUTE ÉPREUVE, THE KILLER et UNE BALLE DANS LA TÊTE du grand John Woo, qui, encore aujourd'hui, est un de mes réalisateurs préférés. Après cela, j'ai perdu mon intérêt dans le cinéma et j'ai donc arrêté de découvrir des films hong-kongais pendant un long moment, mais quand j'avais 15 ans, SEVEN SWORDS de Tsui Hark et le magnifique SPL de Wilson Yip, bien aidé des magnifiques hommages aux films de la Shaw Brothers que sont les KILL BILL de Quentin Tarantino, ont relancé ma passion pour le cinéma, et par la même, mon intérêt pour le cinéma HK. C'est une époque à laquelle j'ai découvert les derniers John Woo qui me manquaient (LE SYNDICAT DU CRIME 1 & 2 notamment), les films de Wilson Yip (DRAGON TIGER GATE, IP MAN 1 & 2 ont pour moi été des chocs), et mes premiers Tsui Hark, notamment TIME AND TIDE et THE BLADE, sans me douter une seule seconde que celui-ci allait devenir mon réalisateur préféré et allait complètement bouleverser ma vision du cinéma.
Le choc définitif arrive donc en avril 2012 avec THE LOVERS de Tsui Hark. Je ne savais pas du tout quoi attendre, et je ne l'ai acheté que parce que je ne savais pas quoi acheter d'autre, mais la perspective de voir le réalisateur d'un des films les plus nihilistes qui m'aient été donné de voir réaliser une comédie romantique m'intriguait autant qu'elle m'effrayait et me déconcertait... Inutile de dire que ça a été une baffe, et aujourd'hui, THE LOVERS est sans doute mon film favori, toutes catégories confondues. Depuis, je n'ai pas su m'arrêter de découvrir des oeuvres hong-kongaises : de la filmographie de Tsui Hark, que j'ai énormément exploré, je suis passé à d'autres réalisateurs moins reconnus mais aussi intéréssants comme Yuen Woo-Ping ou Ching Siu-Tung, par les oeuvres de la Shaw Brothers (notamment King Hu et Chang Cheh), jusqu'a maintenant, ou les films de Sammo Hung, Jackie Chan, Stephen Chow et Liu Chia-Liang sont complètement au centre de mes intérêts. Ma passion du cinéma hong-kongais grandissant constamment, il m'est finalement venu l'idée de créer ce blog.

18[SWORDSMAN II - CHING SIU-TUNG - 1992]

Une dernière chose pour finir : si je suis actuellement le seul rédacteur du blog, j'espère que ça va changer prochainement. J'essaye actuellement de contacter des "connaisseurs" pour qu'ils enrichissent le blog de leurs connaissances et comblent mes lacunes, mais je ne veux pas réserver le "privilège" de rédiger sur ce site seulement aux connaisseurs et ainsi faire de HONG KONG MADNESS un site profondément élitiste. Si vous avez quelque chose à dire, dites-le, et ce, que vous connaissiez l'oeuvre en question ou pas... L'ambition de ce site est purement initiatique de toutes façons, et je serai honoré de pouvoir poster ici des critiques de films hong-kongais qui me seraient proposées par vous, chers lecteurs... La "qualité" n'a aucune importance. Ce qui compte, c'est la passion, et l'intérêt, et si vous avez au moins un de ces deux-là, alors vous êtes plus que bienvenus sur ce blog.

-ZE RING-

09[VENGEANCE! - CHANG CHEH - 1970]